Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21 décembre 2008

Pour toutes...

voeux.gif




Parce que voir disparaître quelqu'un deux mois après lui avoir souhaité "une bonne et heureuse année",
ça te coupe l'envie de débiter à nouveau ces sempiternelles simagrées. Des fois que ça recommence...


14:27 Publié dans Philosophie | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : bonne année

Commentaires

Tiens, au fait, en surfant dans mes liens que j'adôre, j'ai mis les yeux sur un article de Brad qui tombe à pic :


Pas bonne année

Bonne année. Qu'il faut être con pour se dire "bonne année". Il faut vraiment avoir rien d'autre à se dire je crois. Bonne année.

Je me demande combien de monsieur et de madame cette année sont morts dans d'atroces souffrances, ou seuls, ou comme des chiens, dans la rue, alors qu'à minuit, y'a un an, un con les avait embrassés en disant "bonne année" et puis "bonne santé" et toutes ces conneries qu'on dit.

Bonne année.

Bonne année. Et puis, un an plus tard : "bonne année".
Et puis, encore un an plus tard : "bonne année".
Et encore un an après : "bonne année".
Vous comprenez ce que je veux dire ?
Si chaque année on se souhaite une bonne année, c'est un peu comme si chaque jour on se souhaitait une bonne journée. Faut être con pour croire que chaque journée peut être bonne.

Qu'est ce qu'ils espèrent les gens qui te souhaitent la bonne année ? Est-ce qu'ils espèrent réellement que leur vœu va être exaucé ? Est-ce qu'ils pensent réellement que tu vas passer une bonne année simplement parce qu'ils te le disent ?
Les gens qui souhaitent la bonne année c'est les mêmes gens qui disent à leurs enfants que le Père Noël existe. Les gens qui disent "bonne année" vivent dans l'illusion que ce qu'ils disent est vrai, seulement parce qu'ils le disent.

Comme les gens qui meurent de soif dans le désert. Ils te disent qu'ils voient de l'eau et des oasis mais ils te font boire que du sable. Leur vie c'est qu'une illusion.

C'est marrant quand même : le 31 décembre y'a jamais personne qui vient te demander si la bonne année qu'il t'avait souhaitée s'est bien passée. Tout le monde s'en branle. Personne veut savoir si t'as passé une bonne année.

Les gens qui te souhaitent une bonne année, tu devrais avoir le droit de leur casser la gueule si t'as passé une mauvaise année. Au moins ça servirait à quelque chose. Parce que ça doit faire du bien de pouvoir se défouler sur quelqu'un quand on a passé une mauvaise année.
Salut machin, tu te souviens de moi ? L'année dernière à la boulangerie tu m'as dit "bonne année", tu te souviens ? bah ma femme s'est barrée et mes gosses me parlent plus alors BOM, une grande claque dans la gueule, et j'ai perdu mon boulot alors BLANG, un grand coup de poing dans le ventre, et les impôts me réclament du fric alors VLAN un grand coup de pied dans les tibias et PLAF la porte d'entrée dans la gueule et tu t'en vas. Et au fait : bonne année connard.
Ça devrait servir à ça la "bonne année".

Alors là, les gens qui oseraient encore te souhaiter la "bonne année", ils feraient tout pour que tu passes vraiment une bonne année. Ils seraient tout le temps là pour te sourire, pour t'aider, pour te dire des choses gentilles. Ils te feraient des cadeaux. Ou alors même, ils feraient rien, ils seraient juste là, dans ta vie, comme une guirlande dans un sapin, et t'aurais plus jamais les boules.
Voilà pourquoi je vous souhaiterai pas une bonne année. J'espère seulement que l'année qui finit a été belle pour vous. Et que je serai l'année prochaine, un de ceux qui vous apporteront, au moins un peu, quelques moments heureux.


Brad-Pitt Deuchfalh

Écrit par : Fred | 30 décembre 2008

Deux beaux et bons articles sur un même sujet !!! Merci Fred !

... et j'espère t'apporter encore plein de moments heureux... ;-)

Écrit par : kris | 31 décembre 2008

Janvier est de très loin le plus saumâtre, le plus grumeleux, le moins pétillant de l'année. Les plus sous-doués d'entre vous auront remarqué que janvier débute le premier. Je veux dire que ce n'est pas moi qui ai commencé.
Et qu'est-ce que le premier janvier, sinon le jour honni entre tous où des brassées d'imbéciles joviaux se jettent sur leur téléphone pour vous rappeler l'inexorable progression de votre compte à rebours avant le départ vers le Père-Lachaise...
Dieu Merci, cet hiver, afin de m'épargner au maximum les assauts grotesques de ces enthousiasmes hypocrites, j'ai modifié légèrement le message de mon répondeur téléphonique. Au lieu de «Bonjour à tous», j'ai mis «Bonne année mon cul». C'est net, c'est sobre, et ça vole suffisamment bas pour que les grossiers trouvent ça vulgaire...

Écrit par : Pierre Desproges | 09 janvier 2009

Les commentaires sont fermés.